ok
La frontière des sciences, pseudosciences
03/03/2008 00:00 | Durée 01:47:10

Intervenants : Rudolf Bkouche , Professeur émérite de l'Université Lille 1 .   Bernard Joly , Professeur de philosophie et d’histoire des sciences à l’Université de Lille 3 .   Jean-Paul Krivine , Rédacteur en chef de Science et pseudo-sciences (AFIS) .  

Pseudosciences universitaires. On dénonce aujourd’hui les pseudosciences qui survivent à l’époque de la science et de la technique triomphante. En contrepoint, se développent de nouvelles formes de pseudosciences. Parmi celles-ci, trois domaines qui se veulent situés au cœur de l’activité scientifique : une certaine sociologie de la science qui se propose de réduire celle-ci à son seul aspect social, indépendamment de toute approche épistémologique ; une certaine partie des sciences de l’éducation à la recherche d’une théorie « scientifique » de l’acte d’enseigner et de l’acte d’apprendre ; les fantasmes « pseudoscientifiques » du « cyber » qui conduisent à un usage irraisonné de l’informatique, usage que l’on retrouve en miroir dans l’enseignement. Ainsi, la « société de la connaissance » traîne avec elle sa dose d’irrationalisme. (Rudolf Bkouche) La frontière des sciences On a l’habitude d’opposer la chimie à l’alchimie, faisant de cette dernière une fausse science. Cette opposition s’est construite au XIXème siècle sur une interprétation erronée des théories alchimiques qui fait le bonheur à la fois des ésotéristes et des scientistes, mais qui occulte la dimension véritablement chimique de l’alchimie, qui n’était que la chimie du Moyen Âge, de la Renaissance et du XVIIème siècle. La modification des frontières entre savoirs rationnels et doctrines irrationnelles tient donc autant de reconstructions idéologiques que de ruptures épistémologiques. (Bernard Joly) Science et pseudosciences, ce n’est pas la même chose Qu’est-ce qui distingue science et pseudosciences ? Pour certains, et pas seulement dans les milieux du paranormal, de l’ésotérisme ou des tables tournantes, cette opposition n’aurait pas lieu d’être. Pour le grand public, la frontière est parfois floue. Pourtant, malgré la difficulté à trouver une définition précise, la méthode scientifique est universelle, et la frontière avec les pseudosciences bien réelle. (Jean-Paul Krivine)