ok
Le corps : entre performance et identité
26/11/2013 18:00 | Durée 01:20:52

Intervenants : Sébastien Fleuriel , Directeur du CLERSE (Centre Lillois d’Etudes et de Recherches Sociologiques et Economiques) CNRS - UMR 8019, professeur de sociologie, Université Lille 1. Chargé de mission SHS programme sport du CNRS .   Isabelle Queval , Philosophe, enseignant-chercheur, Université de Paris Descartes, Pres Sorbonne Paris Cité, Centre de Recherche, Sens, Éthique, Société (CERSES/CNRS UMR 8137) .  

Le sport, et en particulier le sport de haut niveau comme laboratoire expérimental de la performance humaine, incarne l’optimisation exacerbée de tous les paramètres de la performance – matériaux, matériels, science médicale et entraînements, techniques gestuelles, diététique, préparation psychologique et stratégique. Il figure un évolutionnisme schématique – adaptation, sélection, progression – dont le dopage est un ingrédient logique, si ce n’est moralement ou médicalement légitime. En outre, par la manière dont la construction sportive de soi suppose une économie instrumentale du corps, l’entraînement du champion entre en résonance avec une sportivisation du corps et des mœurs qui, au-delà de l’injonction médicale à faire de l’exercice, révèle le culte contemporain d’un corps-œuvre, indéfiniment perfectible.