ok
Critères mathématiques du beau
09/06/2011 17:00 | Durée 02:10:49

Intervenants : Fiona McIntosh-Varjabédian , Professeur de littérature comparée, maître de conférences, lettres modernes, Université Lille 3 .   Charles Suquet , UFR de Mathématiques, Laboratoire Paul Painlevé (UMR CNRS 8524), Université de Lille - Sciences et Technologies .  

Roman ou histoire : question d’échelle ou choix esthétique par Fiona McIntosh, Université Lille 3, lettres modernes. Beauté et probabilités par Charles Suquet, Université Lille 1, mathématiques. La question de la beauté, plus souvent invoquée dans les sciences humaines, trouve toute sa place dans l’univers des mathématiciens, qui parlent volontiers d’un beau théorème, d’un beau résultat, d’une belle formule, d’une jolie configuration, contrairement à certaines idées reçues sur cette discipline. Ce séminaire vise ainsi à explorer les modalités d’une appréhension de la beauté qui rapproche les mathématiques de la littérature et des arts, dans une commune « humanité » de la science. De tout temps, en effet – des sculptures grecques de Polyclète et des canons de Dürer aux théories les plus récentes –, c’est au langage mathématique que sont empruntées les notions esthétiques de symétrie, de proportion, d’intervalle, d’harmonie (cf. H. Weyl). Il s’agit, de là, d’explorer l’idée d’une beauté des mathématiques en elles-mêmes, et ce qui fonde leur pertinence en matière de beauté, de retrouver les principes d’une dimension esthétique de la science, comme discipline et mode d’appréhension du réel et non simplement à travers ses objets, et de définir la beauté comme inhérente aux mathématiques mêmes, voire de reconnaître la capacité inattendue qu’a cette discipline de parler à l’intuition. Le séminaire met en place une approche diachronique et synchronique à la fois – en envisageant divers moments représentatifs de cette histoire d’une élection des mathématiques comme système et comme langage en matière de beauté, et en approfondissant les modalités de cette appréhension du beau selon la diversité des disciplines littéraires et mathématiques, et de leurs branches – par-delà la distinction instituée des « sciences humaines » et des « sciences dures ». Séminaire partenarial organisé par la MESHS, le laboratoire Alithila et l'UFR de mathématiques, Université Lille 1.