ok
Penser l'ennemi
21/01/2009 19:00 | Durée 01:57:55

Intervenants : Alain Cambier , Docteur en philosophie, professeur en classes préparatoires, Lycée Faidherbe, Lille .   Jean-Claude Monod , Chercheur en philosophie au CNRS (UMR 8547, Archives Husserl), enseignant à l’École Normale Supérieure, Paris .  

Si la guerre suppose toujours un ennemi, la relation à celui-ci n’est pas immuable. Le « droit des gens européen » classique avait élaboré un concept juridique de l’ennemi, des distinctions entre ennemi (juste) et criminel, combattant régulier et irrégulier, qui entraînaient un certain nombre de règles de droit à respecter dans la guerre. À l’âge de la « guerre contre le terrorisme », cette conception classique n’est-elle pas en train de voler en éclats ? On tentera ici d’analyser ces mutations, en revenant sur la théorisation par Vattel de la « guerre en forme » et sur la critique par Carl Schmitt des nouvelles « guerres justes »...