ok
Paysage forestier post-déprise agricole : hétérogénéité ou banalisation du paysage ? - Les forêts entre nature et société
10/12/2008 00:00 | Durée 00:15:37

Intervenants : Christopher Carcaillet , UMR 5059-CNRS Centre de Bio-Archéologie et d’Ecologie Montpellier-II .   Sandrine Chauchard , UMR 5059-CNRS Centre de Bio-Archéologie et d’Ecologie Montpellier-II .   Frédéric Guibal , UMR 5059-CNRS Centre de Bio-Archéologie et d’Ecologie Montpellier-II .  

Depuis les années 1970, la biogéographie française a intégré dans son approche le poids de l’homme dans l’interprétation et la compréhension des paysages forestiers, non pas pour considérer les sociétés humaines exclusivement comme perturbatrices voire destructrices, mais pour offrir une approche plus nuancée de la complexité des forêts. Ne se limitant plus seulement à l’étude physique des milieux naturels, de nombreuses recherches en biogéographie étudient les forêts comme une co-production de la nature et de la société, en les considérant d’abord comme des espaces humanisés, morcelés, aménagés, territorialisés par les sociétés, ensuite comme des milieux, résultats d’une longue confrontation entre les contraintes naturelles et les interventions humaines pluriséculaires. Cette posture épistémologique a favorisé une réflexion stimulante sur les rapports entre l’homme et la nature intégrant des approches pluridisciplinaires nécessaires pour mieux appréhender notamment les questions d’environnement et de pays age. A l’image de la biogéographie historique bien formalisée aujourd’hui, y a-t-il une biogéographie culturelle en émergence située à l’interface de la nature et de la culture dont l’objectif est l’étude géographique des phénomènes naturels et culturels, comme les patrimoines bioculturels ? Comment appréhender les phénomènes et les effets spatiaux dépendant de l’interaction des systèmes naturels et culturels ?