ok
Lancement officiel de la chairESS
22/05/2014 18:00 | Durée 00:43:24

Intervenants : Christophe Bertin , Union des employeurs de l'économie sociale et solidaire (Udes) .   Christiane Bouchart , Lille Métropole Communauté urbaine, en représentation du sous-collège des partenaires institutionnels .   Florence Jany-Catrice , Université Lille 1, en représentation du sous-collège des universitaires .   Caroline Le Dantec , Mouves, en représentation du sous-collège des acteurs .   Philippe Rollet , Président de l'Université Lille1 élu en 2007 et 2012, Président de la Communauté d’Universités et d’Etablissements (COMUE) Lille Nord de France, Représentant de la CPU, Directeur du laboratoire MEDEE UPRES-EA 1039 (Mécanismes Economiques et Dynamiques des Espaces Européens) de 1991 à 2005, docteur honoris causa Université de Timisoara, Chaire Jean Monnet .  

« Co-construction », « co-production »,« partenariat », « dialogue social »… l’économie sociale et solidaire développe de multiples formes de coopération et de partenariats. D’abord en son sein, expérimentant parfois de nouvelles modalités partenariales ; mais aussi avec des acteurs institutionnels externes, parfois appelés parties prenantes (chercheurs, pouvoirs publics, syndicats, entreprises, mouvements sociaux etc.). Ces modes de coopération peuvent être porteurs d’un renouveau de la démocratie au coeur du projet de l’ESS, de la recherche de nouvelles possibilités de dialogue ou de consensus. Ils s’accompagnent aussi de difficultés et tensions qui amènent, par exemple au Québec, à désigner ces rapports en termes de « coopérations conflictuelles ». La diversité des acteurs de la coopération(entreprises lucratives capitalistes, mouvement social, pouvoirs publics) questionne également les orientations de ces « coopérations », leur nature et les modèles d’ESS qu’elles envisagent. Ces coopérations peuvent se concevoir à différentes échelles : à l’échelle territoriale, qu’activent par exemple les politiques locales et régionales en direction de l’économie sociale et solidaire ou les regroupements et réseaux locaux (collectifs associatifs corporatistes ou transversaux, pôles territoriaux de coopération économique…) ; à l’échelle nationale comme en témoigne la construction de lois sur l’économie sociale et solidaire ; mais aussi à l’échelle internationale à travers la présence de l’ESS dans les forums sociaux mondiaux ou dans ses partenariats avec des multinationales…