ok
Les mémoires artificielles
10/01/2017 18:00 | Durée 01:51:57

Intervenants : Alain Cappy , Directeur de Institut de Recherche en Composants logiciels et matériels pour l’Information et la Communication Avancée (IRCICA) ; Professeur d’électronique et physique des dispositifs à semi-conducteurs, Université de Lille – sciences et technologies ; De 2002 à 2009, directeur de l’Institut d’Électronique de Microélectronique et de Nanotechnologie (IEMN), Université Lille 1 .   Laurent Grisoni , Professeur en informatique, Université de Lille – sciences et technologies, équipe de recherche MINT (LIFL, INRIA Lille-Nord-Europe) .   Olivier Las Vergnas , Vice Président délégué à la Culture et au Patrimoine scientifique - Université de Lille - Sciences et Technologies ; Directeur du Département SEFA (Sciences de l’Education et de la Formation des Adultes), Université de Lille – sciences et technologies .  

Par Alain Cappy, Professeur d’électronique et physique des dispositifs à semi-conducteurs, Université de Lille – sciences et technologies. Répondant : Laurent Grisoni, Professeur en informatique, Université de Lille – sciences et technologies. Après près de cinq siècles durant lesquels le livre a été le principal support de mémorisation et de transmission des connaissances, un nouveau paradigme est apparu avec la révolution électronique. Nous sommes aujourd’hui entrés dans l’ère de la dématérialisation et du « big data » avec plusieurs zetta octets (zetta = mille milliards de milliards) de données créées, transmises et mémorisées chaque année. Après une présentation des extraordinaires avancées technologiques qui ont permis l’avènement du « big data », nous tenterons une comparaison avec un autre système de traitement et de mémorisation, le cerveau.